CONGO-HISTOIRE : 11 juillet 1960- 11 juillet 2017 : Sécession katangaise, où en sommes-nous now?

11 juillet 1960 : Sécession katangaise, guerre civile au Congo
#histoire #Afrique
Après son indé
pendance, le 30 juin 1960, l’ex-Congo belge connaît bien des remous. Il affronte en particulier la sécession de sa province la plus riche, le Katanga (Shaba), à partir du 11 juillet 1960. C’est là, dans cette immense région située au sud-est du pays, que se situent les fameuses mines de cuivre de Kolwezi. Moïse Tschombé a pris la tête de la sécession, avec le soutien de mercenaires blancs et de la belge Union minière. Pour mettre un terme à la guerre civile, le premier ministre Patrice Lumumba demande l’aide de l’ONU, qui envoie une force de maintien de la paix. Soutenu par les Etats-Unis et la Belgique, le colonel Mobutu Sese Seko réussit son premier coup d’Etat le 16 septembre 1960, écartant du pouvoir Lumumba (qui sera assassiné le 17 janvier 1961). Ce même mois de septembre 1960, des affrontements éclatent entre les troupes katangaises et les soldats de l’ONU. Le 18, le secrétaire général de l’ONU Dag Hammarskjöld trouve la mort dans un accident d’avion, alors qu’il se rendait au Congo pour rencontrer Moïse Tshombe et tenter de renforcer le cessez-le-feu... Le 15 janvier 1963, Moïse Tschombé se déclare prêt à mettre fin à la sécession. L’annonce est faite devant le nouveau secrétaire général des Nations unies, M. U Thant, et le président du Conseil du Congo, Cyrille Adoula. Les gendarmes katangais vont déposer les armes. Moïse Tshombe, brièvement Premier ministre du Congo en 1964, sera condamné à mort après la prise de pouvoir de Mobutu en novembre 1965. Kidnappé, il mourra dans une prison algérienne le 29 juillet 1969.

0 comments:

Enregistrer un commentaire